10 astuces pour financer un business

business

Pour lancer son entreprise ou pour développer son projet, il arrive un moment où des fonds sont nécessaires.  Mais quels sont les différents moyens de financer son entreprise ? Où est-ce que l’on trouve les fonds nécessaires pour son projet ?


Dans cet article, vous trouverez les 10 astuces pour financer un business.


  1. Les emprunts bancaires.

La première source de revenus à laquelle on pense lorsque l’on a besoin d’un financement, c’est la banque. Pour que le prêt bancaire soit accepté, il vous faut un projet solide avec objectif clair et précis. Ce moyen a des avantages comme des intérêts assez faibles mais des inconvénients comme par exemple vous devez vous conformer aux échéanciers de paiement des intérêts et de remboursement du principal. 


  1. Le crowdfunding.

Le financement participatif en français, c’est un moyen de financement qui est mis en place grâce à Internet afin de mettre en relation des investisseurs particuliers avec les créateurs d’entreprise. Les investisseurs sont en général des particuliers qui croient en votre projet et qui sont prêts à mettre un petit montant dans votre entreprise pour vous aider à vous développer. L’avantage c’est que vous prenez peu de risques car vous offrez des contreparties seulement si vous atteignez vos objectifs.Le principal inconvénient de ce moyen de financement, c’est qu’une campagne de crowdfunding est longue à mettre en place et nécessite une communication permanente si vous souhaitez atteindre votre objectif de financement.


  1. Le love-money.

C’est un financement naturel qui consiste à emprunter de l’argent à sa famille, ses proches, ses amis. Ce financement est rapide à avoir mais faut-il encore réussir à convaincre sa famille, ses proches. Il s’agit de l’argent que des proches vont investir plus par “amour” et confiance en vous que pour des objectifs de rentabilité.

Le  « love money » a l’avantage d’être rapide à trouver: En effet, les prises de décision de membres de votre famille seront plus rapides. Cependant, il faut être conscient qu’emprunter de l’argent à sa famille peut aussi créer des tensions familiales. Nous vous conseillons donc de bien définir au préalable les modalités de remboursement et si possible sous forme de document  qui servira en cas de litige.


  1. Les subventions.

Les subventions sont un autre moyen pour obtenir des fonds. Vous pouvez en obtenir via le gouvernement Français, l’Europe ou encore grâce à des organismes spécialisés. 

L’avantage des subventions est qu’aucune contrepartie financière n’est demandée, elles permettent donc de limiter votre prise de risque. Mais malheureusement cet avantage devient rapidement un inconvénient, sachant qu’aucune contrepartie n’est demandée, les subventions sont difficiles à obtenir au vu du nombre élevé de demandes.


  1. Les Business Angels.

Les Business Angels sont souvent d’anciens chefs d’entreprise qui ont des moyens conséquents et qui investissent dans un projet auquel ils croient. L’avantage, c’est que les Business Angels n’apportent pas que de l’argent: étant donné leur expérience, ils sont capables d’accompagner les entrepreneurs et de les guider grâce à leurs conseils mais aussi grâce à leur réseau généralement très puissant. L’inconvénient est que les Business Angels sont des actionnaires qui, en contrepartie de leur investissement, possèdent une partie de votre capital, ils exigent donc une rentabilité élevée.


  1. Le prêt d’honneur.

Le prêt d’honneur est un prêt à taux zéro accordé aux personnes qui créent ou reprennent une entreprise. Il n’y a pas de critères particuliers pour obtenir ce prêt malgré que certains organismes préfèreront donner ce prêt à des jeunes entrepreneurs ou des entreprises dans le domaine du social ou qui crée beaucoup d’emploi. Le principal avantage c’est que le prêt d’honneur est un emprunt à taux zéro, cela signifie que vous ne payez pas d’intérêts lors du remboursement. Vous remboursez seulement la somme empruntée. Malgré cela l’inconvénient c’est qu’obtenir un prêt d’honneur n’est pas une tâche facile, il faut constituer un dossier qui peut vous prendre du temps.


  1. Le capital-risque.

Le capital-risque permet de trouver des fonds plus importants qu’avec des Business Angels. Les montants peuvent atteindre jusqu’à plusieurs dizaines de millions d’euros. Les investisseurs prennent des risques en espérant faire une énorme plus-value par la suite.

L’avantage c’est que l’entrepreneur garde son pouvoir pour gérer son entreprise car les investisseurs en capital-risque ont une participation minoritaire au capital. Mais par contre l’inconvénient c’est que la sélection des projets est très dure car les investisseurs ont des exigences importantes au vu du montant qui vont potentiellement investir.


  1. Le bootstrap.

Cela signifie amorcer en français, le but consiste à lancer son entreprise avec ses propres moyens financiers. Cela permet de savoir si l’entreprise va fonctionner, va plaire aux personnes. C’est une solution pour une entreprise en ligne où il faut peu de moyen pour débuter.

L’inconvénient c’est qu’il faut de suite générer un chiffre d’affaires pour pouvoir réinvestir.


  1. Les incubateurs.

Les incubateurs sont des structures privées ou publiques, d’accompagnement à la création d’entreprise . Au-delà de la partie conseil, ces structures peuvent vous aider à obtenir des financements auprès d’investisseurs ou auprès de structures publiques.

Outre le côté financier, le savoir et les conseils des entrepreneurs présents dans les incubateurs sont primordiaux.


  1. Le micro-crédit.

Le microcrédit professionnel consiste à attribuer des prêts de faible montant à des créateurs ou repreneurs d’entreprises qui ne peuvent accéder aux prêts bancaires classiques. Le microcrédit professionnel ne peut pas dépasser 10 000€. Il s’agit d’un prêt rémunéré par un intérêt, souvent au moins égal à 5%. Généralement, le remboursement du prêt n’excède pas 36 mois à 48 mois, sauf si l’organisme prêteur accorde un différé de remboursement.


Conseils en ligne pour créer un marketplace
Bien choisir sa société de portage : Les critères à considérer